advertise lettre

Home > Le Quotidien des Arts > Femmes d’Algérie sur papier albuminé

Livres, CD, DVD



Femmes d’Algérie sur papier albuminé

Prises au début du siècle, les photographies de Jean Geiser présentent une vision occidentale de la femme algérienne.

Le livre de Leyla Belkaïd et Malek Alloula, belles Algériennes de Geiser détaille le travail de Jean Geiser, photographe-éditeur à Alger entre 1848 et 1923. Sur un demi-siècle d'existence, la Maison Jean Geiser a déjà remporté récompenses et médailles. Tandis que les trente premières pages exposent le contexte de création, 42 photographies de femmes algériennes dévoilent leurs charmes dans des tons sépia. Costumes traditionnels ou parures moins recherchées nous renseignent sur les us et coutumes d'une Algérie mystérieuse et envoûtante. Le photographe de la rue Bab-Azoun, à Alger, mettait en scène des filles de joie dans son grand salon mauresque. Ces portraits, de bonne qualité, étaient ensuite vendus aux touristes en quête de souvenirs aux couleurs locales. En regard des photographies, une description succinte mais précise, à lire comme une notice de catalogue.

Le lecteur se familiarise, image par image, avec un vocabulaire spécifiquement féminin : impossible après cette lecture de confondre le haïk( grande étoffe) avec la ghlila( veste en brocart) ou la fouta(pagne soyeux). Le répertoire des bijoux n’en est pas moins ensorcellant : les longs colliers de louis d’or (Kheit el louiz) ou de perles (cherket djouhar) rivalisent de beauté avec les diadèmes kabyles (ta’asabt). Le photographe n’hésite pas à transposer des bijoux d’une région à l’autre sans aucune préoccupation ethnologique, comme le témoignent ces Femmes de Bou-Saâda dont les parures répondent surtout à une certaine idée de l'exotisme. Seule la Femme des ouled-naïl, ne triche pas avec les atours de cette région de Msila.

L'ouvrage ne manque pas de faire référence à l'orientalisme pictural, très en vogue au 19e siècle. Les femmes d'Alger de Delacroix ne sont pas si loin… Pour ces parures dont l'agencement artificiel ne répond à aucune réalité d'ordre historique ou ethnologique, le terme cliché n'aura jamais mieux été utilisé. Les beautés algériennes de Geiser, malgré leur pouvoir d'évocation, nous en apprennent beaucoup plus sur la mentalité européenne de cette époque - et sa vision standardisée de l'exotisme - que sur la société d'un pays récemment colonisé.


 Stéphanie Magalhaes
01.10.2001
advertise lettre